Home Les Citadelles La citadelle française

Articles en ligne


Citadelle Française
PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 26 Janvier 2010 11:34

Louis XV

 

Le 1er mai 1745, Tournai est assiégée par les armées de Louis XV. Les anglo-autrichiens envoient alors une armée de secours qui est défaite le 11 mai à la bataille de Fontenoy. Sans secours, la ville arbore le drapeau blanc le 22 mai, se rend le lendemain, les défenseurs se sont retranchés dans la citadelle qui capitulera avec les honneurs militaires le 19 juin.

Lors du siège de la ville, le 8 mai, un des trois magasins à poudre de la citadelle explose faisant plusieurs centaines de morts et ravageant la citadelle. Son explosion, telle un tremblement de terre, brisera les vitraux de la cathédrale et sera entendue à des kilomètres à la ronde. Elle projettera d'importants blocs de maçonnerie jusque dans le centre de la ville. Le 23 mai après la capitulation de la cité, alors que les hollandais regroupent leur forces pour se retrancher dans la citadelle, une imprudence provoque l'explosion d'un dépôt de poudre à la corne de Lille. La porte de Lille sera détruite, tuant de nombreux soldats et bourgeois.

 

 

 

 

 

 

 

 






Le 1er juin, la citadelle est assiégée. Sa résistance cesse le 19 juin, sa capitulation est signée le 20 juin, la garnison hollandaise quittant les lieux avec tout les honneurs militaires.


Après une "promenade militaire" triomphale dans les Pays-Bas, Louis XV ne conservera pratiquement rien de ces conquêtes, l'Histoire retenant qu'il céda aux désirs de sa maîtresse, la marquise de Pompadour, qui voulait s'attirer les bonnes grâces de l'impératrice Marie-Thérèse. Avant de restituer la ville aux autrichiens , Louis XV fit démolir, par Louis de Cormontaigne, les ouvrages extérieurs du côté ville et l'essentiel des galeries de mines et de contremines, la ville devenant propriètaire de ces terrains le 19 mars 1748.


Seuls subsisteront les remparts extérieurs afin de ne pas ouvrir sur l'extérieur les défenses de la ville. La corne de Lille partiellement détruite lors des combats disparaîtra. De même la redoute Saint-Martin et la lunette de Lille seront rasées.

Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2010 12:00
 
PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 26 Janvier 2010 11:44

Période autrichienne et république française

 

Le 05 janvier 1749, suite au traité d'Aix-la-Chapelle signé l'année précédente, Louis XV rend Tournai à Marie-Thérèse d'Autriche.

Les Tournaisiens sont heureux de ce départ car ils étaient écrasés d'impôts.  Moqueusement, leur délégué souhaitera "bon voyage" au commandant de place.

Pour libérer les Pays-Bas Autrichiens de ses homologues des Pays-Bas, il fit détruire les places fortes de la Barrière dont Tournai.  Sa citadelle déjà amputée, disparut bientôt complètement.  La Ville récupérant le quartier Sainte-Catherine, y fit tracer des rues, le porcelainier Péterinck obtenant l'adjudication de la plupart de ces travaux. Demeures de particuliers et édifices publics s'y élèvent bientôt.

 

1804 - Plan de Tournai et de la sa citadelle par le Capitaine du Génie Mabille

 

Il faudra attendre la révolution française de 1789 pour que, s'inquiétant du nouveau danger, les Autrichiens entreprennent quelques travaux de réparation.

Le 7 novembre 1792, la victoire du général français Dumouriez à Jemappes fera passer la Belgique sous domination française.  Après une nouvelle occupation autrichienne du 30 mars 1793 au 3 juillet 1794, Tournai retourne à la France.  Seules quelques études et projets de réhabilitation seront menés en vue d'une remise en état du site.  Il faudra attendre la chute de Napoléon en 1814 pour que les anglais qui occupent la ville commencent la remise en état des fortifications tournaisiennes.  Wellington entend créer une ligne de défense orientée contre la France.

 

La citadelle d'après un relevé du Capt Mabille.


Après Waterloo (1815), ceux-ci céderont la place aux hollandais qui reconstruiront la place.

 

Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2010 11:54
 
« DébutPrécédent123SuivantFin »

Page 3 sur 3

Valid XHTML and CSS.