Home Les ingénieurs militaires Vauban

Articles en ligne


Vauban
Vauban - biographie PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 16 Janvier 2010 11:47

 

Vauban est à la base d'un système de fortifications qui le rendra célèbre. Reprenant au départ le dispositif adapté dans les ouvrages de Pagan, il perfectionnera les fortifications bastionnées née au XVe siècle en Italie. Son art sera surtout d'utiliser au mieux les possibilités offertes par le terrain.

Ville assiégée par Vauban, ville prise avait-on coutume de dire à l'époque. Cet adage illustre bien ses compétences et sa réputation. Il excellait aussi bien dans la prise que dans la défense des places fortes (la poliorcetique).

Né à Saint-Léger (Yonne), Sébastien Le Prestre fut baptisé le 15 mai 1633. Il est issu d'une famille de petite noblesse. En 1651 il est engagé comme cadet dans l'armée de Condé alors en pleine révolte contre l'autorité de Mazarin et du Roi. En 1653, il est fait prisonnier par les troupes royales "à ses conditions" dictées en tenant en joue le chef de ses adversaires. Convaincu par Mazarin, il passera au service du Roi, service qui durera plus de cinquante années de fidélité et de dévouement à Louis XIV.

Reçu ingénieur en 1655, lieutenant puis capitaine, il montrera la pleine mesure de son talent lors de la "guerre de dévolution" en 1667-1668. Son projet pour la citadelle de Lille l'emportera contre celui du chevalier de Clerville pourtant Directeur des fortifications. Dès 1668, Vauban en exerça la fonction et endossa la responsabilité de l'ensemble des places françaises.

Apprécié de Colbert, bénéficiant de l'appui de Louvois, Louis XIV sut se montrer généreux. Les gratifications exceptionnelles permirent à Vauban d'acheter en 1675 le château de Bazoches dans l'élection de Vézelay.


Décoré de la croix de Saint-Louis en 1693, nommé brigadier d'infanterie en 1674, maréchal de camp en 1676 et lieutenant général en 1688, il attendit - et en souffrit - 1703 et l'âge de 70 ans pour obtenir enfin le bâton de Maréchal de France. En 1705, la Croix du Saint-Esprit fut sa dernière récompense. Vauban mourut à son domicile parisien, le 30 mars 1707. Il avait 74 ans.

 

 

Mise à jour le Dimanche, 14 Février 2010 13:57
 
Vauban - oeuvre PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 16 Janvier 2010 20:43


Mais Vauban est plus qu'un assiégeant victorieux. Lors des sièges il déployait tout son art pour obtenir la capitulation de l'adversaire en perdant le moins d'hommes possibles. Plus à l'aise aux armées qu'à la Cour où sa rude franchise n'est pas de mise, esprit généreux, il est attentif à la misère des pauvres . Ne disait-il pas "Plus de poudre, moins de sang" ?

Sa charge de directeur des fortifications le conduit à couvrir des milliers de kilomètres, parcourant la France dans tous les sens. Durant les nombreux trajets effectués à cheval ou dans sa basterne, il a le temps de regarder et de méditer. De ses pensées il en tira de nombreux mémoires sur les sujets les plus variés qu'il regroupa en 12 tomes sous le titre d'Oysivetés. Ses réflexions aborderont le domaine militaire. Il proposa la conscription par tirage au sort plutôt que le recrutement forcé, l'amélioration de l'armement par l'usage des fusils et baïonnettes à la place des longues piques et des mousquets, la création d'un corps du Génie,...


La vie économique le captiva. Il ordonna la prospection minière dans les vallées dauphinoises d'Oulx et de Fenestrelle, il proposa l'utilisation de la culture alternée (champs/prairies). Il écrira aussi un traité "sur la navigation des rivières" et proposa la construction de canaux pour la Flandre. La réalisation finit par suivre un ou deux siècles plus tard.

Dans toutes ses observations, Vauban était frappé du contraste entre les possibilités qu'il dénombrait et les faibles ressources de la population. Il en concluait que le système fiscal constituait la racine du mal car celui-ci souffrait de corruption. En 1707, il suggéra de remplacer tous les impôts et privilèges existants par une "Dîme Royale sur toutes les natures de revenus, quels qu'ils puissent être" : l'ancêtre de l'impôt sur le revenu. Cette dernière publication - sans autorisation royale - provoqua pas mal de remous et d'inimitiés. Il voulait seulement fournir au roi un moyen de restaurer le pouvoir absolu en limitant les prétentions politiques du "parti des ducs", conduit par Saint Simon, en lui faisant retrouver par de sages mesures l'amour de son peuple en même temps que l'aisance financière.

 

Mise à jour le Dimanche, 14 Février 2010 14:01
 
Vauban et Tournai PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 16 Janvier 2010 20:58

 

Vauban dirigea les travaux de siège de Tournai en 1667. La ville capitulera très rapidement et il ira mettre le siège devant d'autres villes : Douai, Lille,....

Si diverses sources attribuent la paternité de la citadelle à différents ingénieurs le nom de Vauban est souvent cité en référence :

  • Louis XIV, Vauban et le grand Turenne, imprimèrent à ces importantes constructions une partie de leur immortalité (CHOTIN, Histoire de Tournai et du Tournesis).

  • Il aurait été chargé par Louis XIV de couvrir les murs existants, mais trop faibles, d'une enceinte bastionnée et de construire une citadelle qui commandât la ville et la campagne (BOZIERE, Tournai Ancien et Moderne).

  • Les plans en sont de Mesgrigny, qui était le meilleur disciple de Vauban, et que Vauban lui-même n'y fut pas étranger. (F. DESMONS, La transformation militaire, Tournai place forte).

  • L'inscription de la première pierre posée par Louvois rapporte que "Mr des Houilliers (ou Deshoullières NDLR) a bâti cette citadelle" (manuscrit 202 de la Bibliothèque communale de Tournai d'après A. HOCQUET, Les rues de Tournai).

  • Très vite il soude autour de lui une bonne équipe "La bande d'Archimède" dont Deshoullières faisait partie. (A; BLANCHARD, Vauban).

Deshoullières a donc dessiné les plans de la citadelle mais quittera Tournai assez rapidement et sera remplacé par Jean de Mesgrigny. Celui-ci est un grand ami de Vauban. Les liens entre les deux hommes se resserreront encore lorsque Vauban mariera sa fille Charlotte à Jacques le neveu de Jean de Mesgrigny. De cette union, onze enfants naîtront. Vauban se chargera de les épauler au mieux.

Mesgrigny développera un système de galerie de communication, d'écoute, de mines et de contremines qui donneront à la citadelle la réputation d'être imprenable autrement que par la famine. Gouverneur de celle-ci, il accueillera et accompagnera souvent Vauban lors de ces nombreuses inspections dans la région.

Enfin, Vauban rédigera plusieurs mémoires sur Tournai et ses fortifications : le 2 février 1671 (Mémoire des choses à résoudre sur les travaux de la ville et citadelle de Tournay", le 24 octobre 1682 (Mémoire avec dessins des ouvrages), le 4 septembre 1684 et le 10 janvier 1699 (Projet définitif des fortifications des villes et citadelle de Tournay) (Archives de l'Inspection du Génie à Vincennes et fonds Rosambo aux Archives nationale à Paris).

 

Mise à jour le Lundi, 15 Février 2010 22:11
 


Valid XHTML and CSS.